sábado, 23 de febrero de 2013

LA GUERRE S´INSTALLE AU MALI



La France se trouve relativamente seule dans une guerre qui commence à s´elargir dans le temps et sur le territoire. Sauf les Etats Unis qui collaborent activament avec leurs drônes “Predators“ depuis Niamey, les soldats maliens, tchadiens, nigériens, du Burkina Faso et les soldats touaregs du MNLA qui se sont pliés, en grande mayorité, à la lutte contre les fondamentaliste, islamiques, personne ne parait disposer à aller au delà des déclarations et de quelques aides logistiques ponctuelles. L´absence des pays de L´Union Européenne est surprenante et peu compréhensible dans un moment ou la guerre couvre tout le Nord Mali, depuis Gao jusqu´à l´extrême Nord de la frontière algérienne dans l'Adrar des Ifoghas, région montagneuse, de très difficile contrôle, qui est considerée comme le berceau de la civilisation touareg.





Violents combats dans les rues de Gao 

Le Monde.fr | • Mis à jour le  





 Les combats à Gao, entamés dans la nuit de mercredi à jeudi à la périphérie de la ville entre des islamistes et des soldats nigériens, se sont poursuivis une grande partie de la journée de jeudi en centre-ville avec des soldats maliens




 Deux soldats français ont été "très légèrement blessés" et "quatre soldats maliens auraient été blessés" à Gao, indique le ministère de la défense.




Une source militaire malienne a évoqué jeudi la présence d'une "quarantaine d'islamistes" venus de villages proches de Gao.

Le Mujao affirme que "la bataille" ne fait "que commencer" pour reconquérir Gao, Kidal et Tombouctou.
 Selon un militaire malien interrogé vendredi, il y a dans les décombres de la mairie et du palais de justice de "nombreux" corps de combattants djihadistes qui portent des ceintures d'explosifs et tiennent à la main des grenades dégoupillées, ce qui rend leur évacuation délicate.
 Des snipers islamistes seraient positionnés sur les toits, notamment sur celui du marché principal, obligeant les soldats maliens à les déloger.
 Images et Crédits : AFP - Frédérick Lafargue

De violents affrontements ont eu lieu jeudi à Gao (Mali), faisant entre 15 et 20 morts parmi les islamistes et blessant deux soldats français et quatre maliens, selon un bilan établi par l'état-major de l'armée française.

jueves, 21 de febrero de 2013

MYANMAR´S FUTURE : CHINA, JAPAN OR INDIA ?




The Limits of India's Moves in Myanmar

February 19, 2013.
Summary


/
To take advantage of Myanmar's opening to the world and its deliberate rebalancing away from a near-exclusive relationship with China, New Delhi will probably need help. As Myanmar's neighbor and one of Naypyidaw's options for diversifying its foreign relations, India has three interests related to the country: quelling ethnic militancy along the Indo-Myanmar border, integrating its remote northeast region and increasing its energy production to meet domestic demand. However, India's excessive bureaucracy and various other complications have hindered its ability to make substantial moves in Myanmar. Therefore, any robust Indian involvement in Myanmar will likely require cooperation with and even financial assistance from other countries with strategic interests in the region.

Analysis

Over the past few decades, with Myanmar focused on domestic issues and secluded from the West and with India distracted by internal matters, China gained a strong foothold in its Southeast Asian neighbor. Recently, however, Myanmar has sought to break out of its international isolation and reduce its dependence on China.

Historical Interests

 



The Limits of India's Moves in Myanmar



Like Beijing, New Delhi has geopolitical interests in Myanmar, revolving around India's isolated and underdeveloped northeast region. From 1885 to 1942, India and Myanmar (together with what are now Bangladesh and Pakistan) were consolidated under British colonial rule. When Bangladesh, as part of Pakistan, broke off from India in 1947, the seven northeastern Indian states remaining became separated from the mainland, connected by only the narrow Siliguri Corridor, which runs between Nepal and Bangladesh. When Myanmar gained independence from Britain in 1948, it formally separated from India as well. Since then, New Delhi has struggled to govern its northeast region.

For India, the northeast is a vital buffer against invasion from the east. However, New Delhi's only access to the region is through the Siliguri, the lone highway in which is prone to flooding and closures. Since India has a tenuous relationship with Bangladesh (the most logical point of access to the northeast), it is advantageous for New Delhi to cultivate relations with Naypyidaw to retain control over the remote territory and keep the buffer intact. Such relations are particularly important if India is going to exert authority over the region's various tribal communities, whose secessionist movements often erupt into violence. Indeed, Myanmar is also wary of the prospect of an insurgency raging in its periphery. Insurgency-related violence along the border has decreased in recent years, likely stemming in part from the countries' coordination and intelligence-sharing efforts, but it is unclear if these gains will endure or if further security measures will be attempted.

India's interests in Myanmar go beyond finding help to control rebellious ethnic groups. India's population of 1.2 billion people is growing, and parts of the northeast region are outpacing the rest of the country by up to 10 percent. Energy needs are becoming more critical, yet India's energy supplies consistently fall short of demand across the country. New Delhi's Look East policy posits that the northeast, with an estimated hydropower capacity of 60,000 megawatts, could become an important source of power generation for the rest of the country. However, the region currently produces only about 1,200 megawatts of renewable energy and faced a power deficit of almost 1,000 megawatts at peak demand in 2012. Furthermore, a number of hydropower projects in the region have encountered crippling delays, and the area lacks the infrastructure to transmit its renewable energy elsewhere in the country.

Myanmar, meanwhile, has 200 billion cubic meters of proven natural gas reserves (with 12.4 billion cubic meters currently in production annually) and 500 million barrels of oil reserves -- not a great amount by global standards, but adequate to help supply regional markets. Currently, all 8.6 billion cubic meters of Myanmar's annual natural gas exports go to Thailand, and the Sino-Myanmar pipeline will soon take additional reserves to China's Yunnan province. Although India did, in fact, attempt to build a pipeline from the port at the Myanmar city of Sittwe through northeast India and Bangladesh to Kolkata in the early 2000s, disagreements with Bangladesh caused negotiations to collapse. As a result, cross-border infrastructure would still need to be built for New Delhi to tap into Myanmar's resources substantially -- whether to supply the northeast or to transport to Kolkata.

India's Projects in Myanmar

 

Despite small-scale successes -- such as Jubilant Energy's production-sharing agreement to develop Myanmar's PSC-1 onshore oil and natural gas block and Tata Motors' deal to supply commercial vehicles to Myanmar -- most of India's large-scale projects in the country are not faring well. Its most elaborate project, the Kaladan Multi-Modal Transport network, is taking years to come together and continues to encounter problems. Agreed on in April 2008, this river and road system is supposed to connect the Sittwe port with India's northeast to make the transportation of goods more cost-effective and open up a new market for Indian products in Myanmar. But all three phases of construction -- developing the Sittwe port, dredging the Kaladan River and building a highway to connect the river with India's Mizoram state -- are running as much as a year behind schedule, and the entire project is at least $14 million over budget (some estimates put its cost as high as $214 million instead of its original $120 million appraisal). Completion is expected by 2014 or 2015.

Additionally, while India has two state-owned companies (the Gas Authority of India Ltd. and the Oil and Natural Gas Corp.) involved in the operation of Myanmar's largest offshore oil and natural gas field, it lost the contract to purchase the natural gas when the India-Bangladesh-Myanmar pipeline fell through. China ended up with the purchasing rights and expects its Sino-Myanmar pipeline to go online by June 2013. Meanwhile, India's National Hydroelectric Power Corp. was involved in building two hydroelectric dams on Myanmar's Chindwin River: Tamanthi, with an expected capacity of 1,200 megawatts, and Shwezaye, with an expected capacity of 880 megawatts. But the company recently submitted a report saying Tamanthi is financially unfeasible and Shwezaye is technically unviable.

Obstacles and Opportunities

 

Although India could use Myanmar's opening to become a bigger player in Southeast Asia -- something the United States and others are interested in seeing happen -- India's internal constraints will allow it to do only so much in the neighboring country.

India's excessive bureaucracy has hindered efforts to build even domestic energy facilities, and the country's infrastructure cannot support its booming population. In the northeast, construction on a number of hydropower projects has been delayed or stopped completely due to rising costs, difficulties dealing with the weather and the terrain, and local unrest. Given the geographical connections between India and Myanmar -- a series of mountain ranges that reach higher than 1,800 meters (roughly 6,000 feet) -- any infrastructure project that aims to connect the two countries will likely face similar difficulties and have limited capacities.

However, India could get involved in Myanmar's opening by taking advantage of the interests of other countries. Thailand is already vested in infrastructure projects in Myanmar, including a deepwater port and a special economic zone in the southern city of Dawei, as well as a highway linking border towns with Yangon. Japan also recently increased aid to Myanmar and is considering investing in the Dawei projects. Meanwhile, Vietnam has pledged to expand cooperation with the country, and U.S. companies are reportedly mulling involvement in the Myanmar oil and natural gas industry.

The involvement of such countries suggests that Myanmar's opening will be at least somewhat successful, and India could pursue joint partnerships that would allow it to gain a more substantial foothold in the country. Until then, India's ability to develop stronger economic and political ties with Myanmar will remain limited.

Copyright Stratfor Global Intelligence




miércoles, 20 de febrero de 2013

L´IRAN COMMENCE Á IRRITER MEME SES ASSOCIÉS POLITIQUES ET COMMERCIAUX





BLOG "Nouvelles d´Iran"
"LE MONDE"

Le fils du dernier Shah trouble les relations irano-chinoises

La République islamique est en colère contre sa plus proche alliée et partenaire économique, la Chine. En cause : la télévision officielle chinoise, China Central Television (CCTV), a diffusé en anglais une interview de Reza Pahlavi, le fils du dernier Shah de l'Iran, Mohammad-Reza Pahlavi, renversé par la Révolution iranienne en 1979.





Invité à une émission de débat, intitulée "Heat", diffusée le 18 février, Reza Pahlavi a qualifié le régime iranien de "menace" et les élections dans son pays d'origine de "moquerie".
Reza Pahlavi a également plaidé pendant une dizaine de minutes pour une aide de la communauté internationale en faveur du mouvement contestataire à l'intérieur de l'Iran qui "paralyserait" et, à terme, "renverserait" le régime.

Ses propos n'ont guère plu aux autorités iraniennes, qui ont menacé l'Etat chinois de "conséquences négatives sur les relations bilatérales". Dans un communiqué, émis le même jour, l'ambassade iranienne en Chine a qualifié cet acte de "désolant", "insupportable" et "irresponsable".


"Cet acte est perçu comme une ingérence directe dans les affaires internes de l'Iran et contre (...) les principes pacifiques des relations étrangères de la République populaire de Chine", peut-on lire dans ce communiqué. L'ambassade iranienne en Chine a demandé aux "responsables gouvernementaux et à ceux du parti [communiste chinois] de faire le nécessaire pour empêcher ce genre d'actes" dans l'avenir.

Reza Pahlavi, vivant aujourd'hui aux Etats-Unis, a multiplié ces derniers mois les rencontres avec les responsables politiques occidentaux pour parler de sa vision du changement en Iran. En janvier, il avait rencontré séparément les parlementaires britanniques et Martin Schultz, président du parlement européen. Reza Pahlavi leur a parlé de sa vision d'"une voie vers la sécularité et la démocratie en Iran".

Le fils du dernier Shah d'Iran a également évoqué la mise en place d'une organisation nommée le "Conseil national de l'Iran". Le but de ce conseil, selon M. Pahlavi, est de mener une campagne pour "rétablir le droit des Iraniens à des élections libres" dans leur pays, sans donner plus de détail sur les mesures à envisager. La première réunion de ce conseil devrait avoir lieu début mars.

La Chine, profitant des sanctions internationales imposées à l'Iran, a pu construire ces dernières années des partenariats économiques juteux avec Téhéran. Selon le vice-président iranien Mohammad Javad Mohammadi-Zadeh, ce pays est le premier partenaire économique de l'Iran. Pékin, qui est aujourd'hui l'un des premiers acheteurs du brut iranien, s'est opposé à de multiples reprises à un renforcement des sanctions des Nations unies contre le programme nucléaire iranien.
Mina Azam

martes, 19 de febrero de 2013

GOOGLE , THE BIG BROTHER



La Cnil en mode répressif face à ce flou furieux de Google 

       par Camille Gévaudan pour ˝ECRANS˝ de ˝LIBÊRATION.fr˝








Octobre 2012 : la Cnil et ses consœurs européennes tapent sur les doigts de Google pour sa gestion des données personnelles d’internautes. « Google a quelques mois — trois ou quatre — pour se mettre en conformité avec la législation européenne, préviennent alors les autorités de protection des données. S’il ne prend aucune mesure, alors nous entrerons dans une phase contentieuse. » Quatre mois ont passé, et Google n’a pas donné signe de vie. Chose promise, chose due : la phase contentieuse est enclenchée.. ou presque : les Cnil proposent aujourd’hui « la mise en place d’un groupe de travail pour coordonner leur action répressive ». L’enquête a débuté quand Google a présenté, tout fier de lui, une grande simplification de ses conditions générales d’utilisation en janvier 2012. Gmail, Google Maps, Calendar, YouTube, Blogger... 60 des services made in Mountain View ont vu leurs « CGU » fusionnées en un seul document. Une opération problématique selon la Cnil : si tous les services répondent aux mêmes règles, l’internaute devient « incapable de déterminer quelles sont les données personnelles utilisées pour tel service et les finalités exactes pour lesquelles ces données sont traitées. » En bref : plus c’est « simple », plus c’est flou. Un deuxième point sensible concernait le croisement des données induit par la fusion des CGU : historique de navigation Internet, reconnaissance faciale sur les photos Picasa, communications sur les téléphones Android... Une fois interconnectées, ces informations aboutissent à la constitution d’un fichier trop vaste « en termes de périmètre et d’historique ». Selon la Cnil, le croisement des données induit par la fusion des CGU a mené Google à la constitution d’un fichier trop vaste. Deux questionnaires ont alors été envoyées à Google par le groupe des Cnil européennes pour apporter un peu de lumière sur le traitement et le croisement de ces milliards de données. Les instances ont également recommandé « une information plus claire des personnes et un meilleur contrôle par les utilisateurs de la combinaison de données entre les nombreux services offerts par Google », et demandé à Google de « préciser les durées de conservation des données. » Mais Google a fait la sourde oreille. « A l’expiration du délai de 4 mois accordé à Google pour se mettre en conformité et s’engager sur la mise en œuvre de ces recommandations, aucune réponse n’a été apportée par la société », constate la Cnil aujourd’hui. L’heure des sanctions arrivera donc « avant l’été », suite à la mise en place d’un groupe de travail européen. Google a déjà réagi, feignant l’étonnement : « Notre politique de confidentialité respecte la loi européenne et nous permet d’offrir des services plus simples et plus efficaces », expliquent-ils à l’AFP avec leur plus grand sourire — comme si leur « efficacité » avait un jour été mise en cause... « Nous nous sommes pleinement impliqués tout au long des échanges avec la Cnil, et nous continuerons à le faire ». Peut-être qu’il serait temps, alors, de répondre à ses exigences. Mise à jour : Suite à la publication de cet article, Google a tenu à nous préciser qu’il n’est pas resté silencieux ces derniers mois puisqu’il a transmis à la Cnil, le 8 janvier 2013, une réponse dont le contenu est à ce jour confidentiel. L’entreprise américaine a également proposé de rencontrer l’instance de protection des données.

lunes, 11 de febrero de 2013